Au Québec, la langue française est une grande fierté collective. Elle permet de tisser des liens durables, et ce, dans toutes les sphères de la société. La campagne De bonnes choses arrivent quand on parle français se poursuit cette année et nous rappelle que le français est un formidable outil d’intégration et de cohésion sociale.

Grâce à des témoignages et des anecdotes, découvrons à quel point la connaissance de la langue française a permis à différentes personnes de mieux comprendre la société québécoise et de s’y intégrer plus facilement.

La langue française est riche, vivante, vibrante, célébrons-la!

Hector

Hector

« Mes parents sont Colombiens, mais, moi, je suis né ici. On parlait toujours espagnol à la maison. J’ai appris le français trois fois! Je l’ai d’abord appris à la garderie, mais avant que je commence l’école primaire, ma famille et moi sommes partis vivre en Amérique du Sud. Quand nous sommes revenus, j’avais tout perdu. J’ai été inscrit dans une classe d’accueil en 3e année du primaire… et j’y ai réappris le français! [...] »

Laura

Laura

« Je suis venue à Montréal pour mes études et je me suis vite rendu compte que je devais parler français si je voulais vraiment entrer en relation avec les gens et découvrir toute la culture d’ici. Après un certain temps, je suis retournée à Toronto pour travailler comme journaliste. Comme je parlais français, c’est toujours moi qu’on envoyait au Québec pour couvrir certaines histoires. [...] »

Christina

Christina

« Je viens d’un petit village anglophone de seulement 120 habitants. Très jeune, j’ai constaté que le français était important. Mon père le parlait un peu et il agissait comme une sorte de traducteur de courrier pour les gens qui ne le comprenaient pas. Je me disais alors que, plus tard, j’apprendrais le français, et c’est ce que j’ai fait! Aujourd’hui, je suis infirmière. [...] »

Eliana

Eliana

« Pour moi, parler français, c’est une grande fierté. C’est vraiment ce qui m’a permis de m’intégrer à la société québécoise. Connaître la langue m’a permis de me trouver un emploi dans mon domaine et de poursuivre mes études à l’université. Connaître la langue, c’est l’équivalent d’ouvrir une fenêtre pour découvrir toute une culture; plein de choses que je ne connaissais pas avant et que je peux maintenant apprécier grâce au français. [...] »

Robert

Robert

« Il y a une vingtaine d’années, j’ai rencontré une femme avec laquelle j’ai aménagé dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal. Comme anglophone là-bas, je me suis vite rendu compte que je devais parler un peu le français si je voulais communiquer avec les gens. Au début, j’étais gêné, mais je me souviens d’une boulangerie où j’aimais aller et où j’en profitais pour parler français avec la propriétaire. [...] »

Kate

Kate

« J’ai appris le français en Angleterre, d’où je viens, parce que c’est plutôt bien vu là-bas. Avant de m’établir définitivement au Québec, je venais parfois y donner des cours. Lors d’un voyage en avion, mon voisin de siège était un Québécois. Nous avons discuté en français, et… ça a été le coup de foudre! [...] »

Le français
se conjugue au travail

Saviez-vous que...

  • … les entreprises employant 50 personnes ou plus doivent mettre à la disposition de leur personnel la version française des logiciels utilisés par leurs employés?

    En savoir plus

  • … les employeurs sont tenus de rédiger en français les communications officielles qu’ils adressent à leur personnel (par exemple, celles ayant trait aux conditions d’embauche ou de travail)?

    En savoir plus

  • … les entreprises qui offrent des services au Québec doivent le faire en français? Ces entreprises doivent en effet s'assurer qu'elles sont en mesure d'informer et de servir leur clientèle du Québec en français, que ce soit au téléphone ou en personne.

    En savoir plus

  • … l’affichage interne doit être en français au sein des entreprises? Il peut toutefois être bilingue ou multilingue pourvu que le français y figure de façon nettement prédominante ou au moins aussi évidente qu’une autre langue, selon les situations.

    En savoir plus

  • … les employeurs ne peuvent exiger, pour l’accès à un emploi ou à un poste, la connaissance ou un niveau de connaissance spécifique d’une autre langue que le français, à moins que l’accomplissement de la tâche ne le nécessite?

    En savoir plus

  • … les entreprises de 50 employés ou plus ont l’obligation de s'inscrire à l'Office québécois de la langue française pour obtenir un certificat de francisation?

    En savoir plus

  • … selon la Charte de la langue française, tous les travailleurs ont le droit d'exercer leurs activités en français?

    En savoir plus

Le français, notre affaire!

La Stratégie partenariale de promotion et de valorisation de la langue française 2016-2021 est une nouvelle impulsion du gouvernement du Québec pour assurer la vitalité et une présence accrue du français dans la région métropolitaine de recensement de Montréal et dans l’ensemble du Québec.

De bonnes choses arrivent quand on parle français


Le français se conjugue au travail